Plus égaux que d'autres : Démocratie, Empire et Commonwealth

Ellias, Sophie

Hanquart-Tumer, Évelyne

Livrel (ePUB, HTML, Tatouage), 203p.
(Alter développement) - ISBN: 978-2-37918-152-8
De l'Antiquité à nos jours, de l'Orient à l'Occident, les hommes se sont interrogés sur la conception de l'état, du pouvoir et donc sur les formes de gouvernement. En tout état de cause, la vision politique, sociale d'une civilisation, dépend de sa conception du monde physique et métaphysique, de sa Weltanshauung qui sert de fondement à son fonctionnement pratique. À la fin du XIXe siècle, la démocratie devient l'idéal politique que les États-nations cherchent à atteindre, le suffrage tend vers l'universel. Le parallèle entre les « soumis » de la métropole, c'est-à-dire les classes sociales les plus basses, et les colonisés est alors flagrant. La démocratie, en tant que démocratie parlementaire qui fait la fierté britannique, est l'idéal que la Grande-Bretagne se targue de transmettre à ses dépendants. Mais reste alors la question de cette transmission : à qui parmi ceux-ci, comment et pourquoi ? Les peuples dépendants ne sont jamais considérés comme étant assez mûrs pour être dignes de se gouverner eux-mêmes. C'est la conception à la fois des similarités (de sentiments, d'aspirations) et des différences (de culture, d'éducation) entre colonisateur et colonisé qui fera naître le débat sur le bien-fondé de l'émancipation démocratique. Or, par les liens inégalitaires qu'il suppose entre le pouvoir impérial et ceux qu'il gouverne, l'Empire ne peut être une « démocratie », même parlementaire. Mais alors, dans le cas de l'Empire britannique qui voyait sa mission civilisatrice précisément dans la transmission de ce qu'il y avait de meilleur dans les institutions britanniques (La Grande-Bretagne n'était-elle pas « mère de tous les parlements » ?), comment réconcilier les termes de cette contradiction ? Exergue There was nothing there now except a single Commandment. It ran : « All animals are equal but some animals are more equal than others. » Là haut, n'y avait plus rien qu'un seul Commandement. Il disait « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres ». George Orwell, Animal Farm. A Fairy Story (1945)

Bouquiner

Index